blowboulot (ou job, je me rappelle jamais)

Maia relaie qu'officielement on peut troquer du sexe contre un loyer.
  

Et pourquoi pas ?


Je me suis vu faire des metiers qui malgré les faibles contraintes qui leurs étaient liées m'étaient impossibles a réaliser, j'etais incapable d'etre rythmé, j'etais incapable de faire des taches répétitives sans me laisser distraire par le moindre évenement extérieur (par "moindre", j'entends de la voiture qui passe dans la rue a l'ombre d'un pot a crayon qui a evoluée), incapable d'avoir toujours le meme cercle de connaissance professionnelle avec qui echanger tous les jours.

Du coup, ça impliquait de sortir du rythme qu'on aurait souhaité pour moi.
Et j'ai trouvé par hasard (merci l'interim) une voie qui me correspondait, ou faire plus 300h par mois ne me semblais pas contraignant (plus jeune, je pensais que le mot "contrainte" etait un mot a connotation fortement negative), pratiquer toute la journée une activité que mes potes qualifiaient de "galérien" parceque tres physique, ou toute la journée j'etais confronté a des problemes techniques qu'il fallait resoudre parfois a coup de poulies, parfois a coup d'organisation.
J'ai eu quelques difficultés, j'ai hésité a me résoudre a répondre "oui" lorsqu'on me sollicitait pour une offre d'emploi que je vivais d'avance comme une entrave intolérable alors que ça m'aurait probablement apporté une sécurité financiere, une régularité dont revait mon banquier pendant que j'alternais joyeusement "pates/patates" a chacun de mes repas. Sauf que de pointer a 8h tous les matins, rentrer chez moi pour l'heure du jt et sociabiliser avec mes collegues juste pour ne pas vivre un phénomene d'exclusion, c'etait pas moi.
Je sacrifiais donc certaines contraintes pour d'autres, qui m'etaient propres.



Un loyer, c'est de l'argent qu'on gagne généralement contre du temps passé.
On a autant de moyens de faire de l'argent qu'on a de metiers (et plus encore pour les petits futés).

CATEGORIE DU BONHEUR ET DE LA JOIE DE L'EPANOUISSEMENT PROFESSIONNEL
Il y a des metiers qu'on aime, des job ou l'on a pas l'impression de travailler, certains qu'on fait par vocation, qui méritent tellement d'implication que ça ne peut se faire que par envie, naturel et plaisir.

CATEGORIE DE LA JOIE D AVOIR UN TOIT ET DE MANGER TOUS LES JOURS
D'autres alimentaires, qu'on choisi par compromis, où l'on va en trainant les pieds, ou l'on met un uniforme qui nous deplait, riche d'une représentation qu'on aimerait eviter (le tablier d'un employé de boucherie, l'uniforme de policier dans l'oeil des citoyens, la cotte que mettra cet ouvrier d'usine..), certains memes ou l'on va a reculons, pour assurer un loyer, un repas, un abonnement a canal +, un credit.

Dans tous les cas, c'est entre un peu et beaucoup de nous qu'on donne pour ce loyer, avec envie ou dégout.


Et finalement, "pourquoi pas" avoir un intermédiaire en moins (l'argent) et donner directement de son temps et de ses compétences contre un loyer ou une réduction de celui ci ?
Dans les grandes villes, il n'est pas rare de voir des collocations ou un proprétaire agé offre une chambre a tarif réduit contre un peu de temps passé ensembles, dans le but de vaincre la sollitude (lui faire les courses, a manger, la lecture..), d'avoir une mere celibataire active qui souhaite une nounou a la maison sur certains horaires, des gens seuls qui souhaitent un peu de compagnie, des handicapés qui braderaient le tarif contre un peu de menage.. Ce site est un exemple parmis d'autres ou le logement est offert contre un type de service.

Si le sexe etait quelque chose de moins "sale" dans les esprit, moins tabou dans la façon qu'on a de troquer cette compétence contre autre chose, il pourrait faire parti des services demandé, il suffirait de decider ensembles de qui fait quoi des le debut, quel type de rapports serait souhaité, a quel rythme.
Dans le site sus nommé, j'imagine que personne ne s'offusque qu'un logement soit occupé a titre gracieux uniquement pour les personnes qui pourraient donner des cours d'anglais ou supporter une vieille qui ne parlerait que de rami et de rémy, son ancien mari.
Alors que ça limite pas mal le nombre de candidats, c'est assez discriminatoire.
Si Ringo avait mis dans son annonce "contre cuisine, repassage ou sexe", ça le serait tout autant. ou tout aussi peu.
Personne ne forcera Cynthia a accepter de parler de rami avec Madeleine, la veuve de rémy, comme personne ne la forcera a choisir ce logement contre une dilatation de la vulve, vous m'avouerez.

Je crois au contraire que ça serait reconnaitre que le sexe est une solution a bien des maux, que si en plus de soulager les tensions des heureux pratiquants ça pouvait permettre de stopper le gachis de place qu'on en trop chez eux la plupart des occupants de logements (vous avez jamais pensez en regardant un mec qui dort sur un banc que vous avez toute une piece dite "bureau" ou vous avez stocké tout un tas de truc qui vous servait a rien comme ce vieux vélo d'appartement qui ne servira plus jamais, ce clic clac "au cas ou je reçoive plus de monde que prevu", ces cartons de tv "au cas ou je demenagerais", ce fauteuil que papy m'a légué qui fait super moche dans le salon sur lequel sont entassé un tas de revue "que je ne vais pas jeter au cas ou, il y cet article super la, dans le numéro 341" (t'as internet, dude..) alors que pour lui, cet espace serait un mélange de byzance et de luxe voluptoire ? loin de moi l'idée de proner l'egalité, on a souvent ce qu'on mérite, mais le sentiment de gachis qui m'a poussé a prendre un studio plutot qu'un f3, je le regrette environ 30 jours sur 364, ce qui laisse quand meme 334 jours a me dire que c'est cool, d'épurer l'espace.) (j'peux faire des parentheses plus longues si je veux) contre quelque chose d'utile a leur épanouissements respectifs.
Un troc honnete, quoi. Il n'y a pas que des libidineux en quete de saleté, il y a aussi des gens qui n'ont pas de temps a consacrer a leur vie amoureuse par choix, qui n'ont pas envie d'aller passer 2h dans un bar pour ramener quelqun chez lui/elle, avec le protocole que ça peut engendrer (champagne ? depart post coit ? petit dej ?), qui se sentent humainement ce besoin de sexe sans pour autant en etre accros.
Le sexe pourrait autant entrer dans une catégorie citée plus haut que dans l'autre, selon "qui".


Puis, la "tarification" permettrait de faire le point sur nos envies respectives, comme un bilan d'aptitude :

"alors.. hooooooo en plein sur les champs, vue sur la tour eiffel.. A peine deux sodomies, 3 handjob et un cassoulet mensuels ?!?
Quand je pense a cet escroc qui me demandait 7 fellations par semaine pour une chambre a chatelet avec toilettes sur le palier !"

ou encore :
"ouhhhhhhhh vue sur le stadeu velodromeu, a proximité de la terrasse ou on se retrouve avé les copaings.. par contreu "uneu feuilleu de roseu, trois doigté, deux pénétrations vaginaleu (jusqu'a l'orgasme), deux cunnilingus et 15minutes de discutions post-coiteu par semaine", je ne peux pas me permettreu ! c'est que j'ai le palet sensibleu, moi"

Ca dédramatiserait l'acte, quand meme..


non, ça veut pas dire qu'on banalise le sexe

13 commentaires:

  1. On "monte" une start-up de services à la personne ensemble.
    Figures-toi mais tu vas rire, que je me suis fait le même trip l'autre jour, en me disant que si je vendais mon temps/compétences x & psycho/ma culture G à dispo pour des messieurs, je pense que "call girl" mais en nettement mieux offre forcément plus de débouchés que de me taper un 40h chez des avocats comme assistante.
    Le sexe n'est pas sale puisque ma gynéco gagne bien du fric avec ma foufoune et l'esthéticienne aussi... faut arrêter l'hypocrisie ambiante genre le sexe c'est sale que si tu mets les doigts dedans ou autre chose^^
    Tu sais où me trouver ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "on monte" ce que tu veux, quand tu veux, Ny-nous.

      Au dela de cette delicate réponse, le sexe fait tellement de bien (surtout sans engagements) a chaque participant que j'imagine que ça resoudrait plus de choses que la simple crise du logement

      Supprimer
  2. De toutes façons les engagements c'est contractuels, cela se dénonce, se rompt et on finit toujours par retrouver sa liberté de mouvement alors au final !! Free !!!

    Si tu vas chez GS à lire ma réponse à la création d'un BiteAdvisor que je trouve fort à propos, je me dis que dans notre pays tout serait apparenté à de la prostitution mais moi je pense à mieux que ça, pas que call-girl, un package bien plus classe !! Mais on en parle pas ici ;))

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui chie, c'est pas l'échange de services sexuels contre des services matériels (ça, pourquoi pas) mais le fait que dans l'état actuel de la législation, y'a aucun moyen de régler ce genre d'arrangement par un contrat en bonne et due forme fixant les termes et les limites de l'arrangement. Pas de préavis, pas de droits des travailleurs, pas de plaintes possibles en cas de harcèlement (échanger un loyer contre quatre sodomies, trois fellations et deux sorties au ciné mensuelles, c'est une chose, mais et si le proprio en réclame plus au fil du temps ? genre, allez, une cinquième sodomie bonus ou c'est l'expulsion ? ou s'il s'imagine qu'il s'agit là d'une relation de couple avec sa locataire et réclame d'elle la fidélité ?), etc. Or, si l'arrangement en question est rompu, le propriétaire a pour seule conséquence un zizi frustré, tandis que la (ou le) locataire se retrouve SDF, ce qui est nettement plus ennuyeux. Bref, si le proprio est mal intentionné, sans contexte légal, ça peut vite tourner au cauchemar pour la locataire.

    Cela dit, à mon avis, une mamie échangeant une chambre contre des services peut également devenir tyrannique si on tombe mal. (Nettoie mon dentier ou je t'expulse ! Et cesse de te vêtir aussi vulgairement, petite traînée !)

    Après, si le troc sexe contre hébergement pouvait être réalisé de manière claire entre adultes à 100% consentants... Dans un contexte hippie bisounours peace and love, ça serait drôlement cool. Dans un contexte plus réaliste en brodant des lois et une éthique sur la chose, cela illustrerait de manière plutôt violente la notion de "se faire enculer par les riches". Imagine, t'arrives pas à payer ton loyer, hop, un huissier débarque en te disant que selon la loi n°machintruc, étant dans la capacité physique d'employer d'autres moyens de remboursement, tu es en devoir de te mettre à oilpé sur-le-champ et de procéder au paiement en nature...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hahaaaaaaa :)

      Dans l'idéal, ça serait normalisé comme un loyer, il y aurait donc la meme procédure pour mettre les mauvais payeurs a la rue.

      c'est dans la confiance qu'il devrait y avoir pour la véracité des "paiements"

      il y aurait tout un protocole d'hygiene, de rythme. Je sais que j'aimerais qu'on puisse en arriver la sans que ça choque le monde entier, par contre il faudrait etablir cette methodologie pour que ça soit le plus sain possible.

      des idées ?

      Supprimer
    2. Le "probleme" c'est qu'il faudrait tout filmer, sinon tu pourras pas porter d'accusation de non-paiement.
      Au moment ou il a fallu que je commence a gagner ma vie, j'ai pense a "monter" une boite revolutionnaire et qui aurait surement boome tres vite: Pip@dom. Puis Chatt@dom et Anal@dom evidement, avec les benefs de la premiere. Mais il aprait que c'est illegal.
      Dire que PS ne me croie pas quand je lui dit que je veux faire proxenete.

      Je trouve ca beaucoup plus humiliant de perdre ma vie a la gagner.

      Supprimer
  4. Autre hic, dans les villes où la demande en matière de logement est très élevée, et où actuellement de nombreux proprios n'hésitent pas à pousser très haut leurs exigences pour choisir leurs locataires, on en viendrait probablement très vite à devoir systématiquement aligner fesses ET thunes afin d'obtenir un toit. C'est la dépendance directe logement / sexe qui est dangeureuse à mon avis. De manière générale, être logé par son employeur, à moins que celui-ci soit une institution suffisamment vaste (administration, etc) pour que le ressenti individuel n'entre pas en jeu, c'est malsain.

    Des idées ? Simplement légaliser la prostitution du moment que celle-ci est pratiquée en freelance, avec si possible un organisme représentant la profession et permettant aux travailleurs du sexe de défendre leurs droits et de partager des infos afin de bien s'organiser.

    RépondreSupprimer
  5. Rentier ? en voilà un beau métier ^^
    (rq gigolo aussi :p)

    RépondreSupprimer