Cunnus Lingere

Ce qu'il y a avec le cunnilingus, c'est que ça lie performance physique, instinct créatif et sensibilité accrue.

Deux pôles fabuleusement utiles pour un Cunni réussi :

la bouche (les joues, les levres, la langue, les dents.. tout ce qui tournicote autour)
Le sexe féminin (Dans son ensemble, avec les classiques vagin, clitoris, levres.. Mais aussi pubis, vulve, clitoris caché, gland de ce dernier, périnée, intérieur des cuisses, tout !)



Pour les sportifs, il y a différents moyens de s'exercer entre deux rencontres du trésor gustatif :

El Doktor Kegel propose quelques exercices plus ou moins ludiques dont le programme de base est d'enchainer des contractions du muscle PC (Acronyme de "Plan Cul" ? "Prince Charmant" ? "PuboCoccygeus" ? Peu importe, on parle des muscles du sexe, ceux qui font que le vagin se contracte, la queue se redresse et que l'australie se marque parfois dans les draps pendant la nuit).
Ce qu'il y a de cool, c'est que c'est le genre d'exercices qui peut se faire partout : au bureau, dans le tram, au spa, en reunion, en avion ou sous la neige.
Ce qu'il y a de doublement fun, c'est que de faire ça alors qu'on est entouré de monde nous fera forcément sourire par le petit plaisir physique que ça peut apporter, et que sourire en société, c'est le bien. Bi(ffl)m !!! double effet kiss super cool.




Pour les adeptes de spiritualité, un équivalent moins mécanique existe a base d'attentions a la sensation : Le Tantra et le Tao
Le Tao est extremement ludique pour le peu qu'on s'impose les fondamentaux, cette notion de courants energétiques est finalement extremement evident et sensé, tant par l'image que par les sensations.


Pour les non sportifs qui n'aiment la spiritualité que dans un épisode des Simpsons (Moi, moi !), il y a aussi la voie simple du plaisir. 
Prendre du plaisir dans ce qu'on fait, ressentir les différents muscles de la bouche lorsqu'on boit, qu'on deglutit, qu'on mange, chercher a ressentir le chaud, le froid, les textures, les gouts, (ré)apprendre sa bouche au dela des automatismes alimentaires et des habitudes apéritivales.
Se faire plaisir lorsque Madame nous laisse l'acces a son mont de Vénus, prendre plaisir a faire plaisir, c'est le commencement. Et quel bonus, tabernacle ! Si c'est le B.A. BA de la simulation, c'est pas pour rien : on prend encore plus notre pied lorsqu'on sait qu'on en procure.


Pour ces dames, il n'y a d'impératifs que celle de l'hygiene, et encore, si Napoléon commandait a Joséphine de ne pas se laver 3 jours avant ses retrouvailles c'est qu'il ne doit pas etre le seul a aimer le négligé. 
A titre personnel, je n'aime le négligé que lorsqu'il est constitué de dentelle ou autres matieres douces au touché. Si l'odeur de l'intimité féminine reste follement excitante, je ne suis pas pour en "profiter" apres un marathon en jean serré.


Ensuite, il y a moyen de tout, tout est négociable, il n'y a pas un plan tarifaire avec les prix, épilée, pas épilée, que la géométrie s'empare ou non de la toison pubienne a base de triangles, rectangles, decaedres ou barbu connu, c'est une histoire de gout et de se sentir bien dans sa vulve. Pas de recettes miracle entre le classique ticket de métro et le planisfere amazonien, chacun a sa préférence.


Hihihi, j'ai la barbe qui me chatouille !

Apres avoir bien musclé et pris conscience de nos muscles respectivement buccaux et PC, selon le coté de la langue sur lequel on se situe, il y a la creativité de l'ensemble : 

Utiliser la langue plutot que les levres, la langue a plat plutot qu'en mode effilée, la sucion plutot que le souffle chaud, etc..

User de ces doigts, alterner le rythme.. Attention toutefois, hommes et femmes ne fonctionnent pas pareils. Si mon bite apprécie le changement de rythme et l'irrégularité dans celui ci, ma minuscule expérience m'a prouvé que les nervures du clitoris aiment la regularité. Si le rythme doit changer, c'est par paliers.



De la creativité aussi dans le contexte : 

Géographique : au bureau, au restaurant, en rase campagne, dans les bouchons (investissez dans un véhicule break, ça permet tellement de possibilités), sur le plan de travail..
Chronologique : par surprise, alors qu'elle est au telephone avec sa mere ou qu'elle travaille ce dossier "ouh que c'est urgent", au contraire par frustration, alors que le string vient d'etre arraché, approcher la bouche, laisser juste un souffle chaud puis repartir, voir meme dans la continuité de ce qui est attendu, selon le feeling..

Puis les mains ne doivent pas s'ennuyer, il y a tant de zones erogenes a parcourir pendant ce temps la !

Une sensibilité pour accorder harmonieusement tout ça : 

faire la distinction en un rale de plaisir et un gémissement trop aigu, un cambrure qui s'intensifie ou un léger retrait du bassin, un souffle coupé ou une deglutition dissonante.. L'idéal est quand meme de communiquer. Peut etre par le jeu du "chaud/froid", et ses nuances arrivant tres vite en fonction de l'émotion de Madame (brulant, tiede, miko, chaleureux..). Peut etre main dans la main, une pression signifiant encore, un relachement signifiant neutre/désagreable.



Apres ce petit cours pouvant illustrer "la psychologie a deux (trous de) balles selon freud et siffredi", passons au vif du sujet :


Il y a eu le dictat machiste de la fellation reussie, la montée en puissance du féminisme sous un pretexte égalitaire nous pousse a la performance clitoridienne linguistique et ce des le premier rapport : attention a ne pas etre trop egal dans le jeu de langue, ni trop creatif pour une premiere, il faudrait de la passion sur le bout des levres sans trop d'energie sous peine de ne pas suivre un "canevas du bon coup" a raconter au copines post prestation coitale.

D'ailleurs, a discuter avec quelques partenaires, la passion/bestialité fait autant partie des atouts du premier rapport que l'initiative au cunnilingus.

Je vais me faire des pates, tiens.



8 commentaires:

  1. Crispy !!!
    Réunion dans la cuisine, il faut qu'on parle....
    ;)))

    RépondreSupprimer
  2. La technique machin, on s'en fiche, moi en tout cas la génèse du propos, je zappe, j'ai toujours préféré les tp de bio aux cours, ça ne change donc pas !
    Pour la technique en application elle même, tout bon... parfait.. on sent la maîtrise....bravo maître mais à confirmer... évidement par un tp ou un crash-test si c'est mode bestialité/ça urge "Chéri"... là aussi parfait !
    Sinon, la géo... au bureau... parfait... plan de travail de la cuisine aussi... au téléphone... osé mais pourquoi pas et quand à devoir être déconcentrée... déconcentrons déconcentrons !!!
    L'exploration des autres zones érogènes pendant la découverte sont lesquelles, du moins celles qui ont la préférence de l'auteur, on veut savoir !! Hein les gen on veut savoir ?
    Sinon, la tenue de "Chérie" ou de la madame... elle est comment ? Il faut considérer tout ça aussi, c'est aussi important que le décorum... (sauf le break d'une bagnole là le trip "la vie est un long fleuve tranquille" sans moi...
    On postule où pour servir de cobaye aux cours du professeur de bio pour les tp ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la deconcentration, c'est l'essence meme d'un "porte aux sens" ^^

      En effet, il s'agit de faire deconnecter la cobaye de toute notion de réalité, les zones erogenes sont evidemment celles qui lui correspondent, a decouvrir au fur a mesure des caresses et des symptomes de plaisir/neutralité proprement évoqués dans l'article.
      C'est ce qu'il y a de fascinant avec vous, les damoiselles : chaque partie de votre corps peut devenir erogene, selon le "traitement". Evidemment, les seins sont complexes, les fesses sont pleines de nervures remontant l'information de ce qu'on leur fait, des tétons bien electrisés sont une oeuvre complete liée au detournement de la réalité sus(ce)-souhaitée.. mais un flan, l'arriere d'un genou, l'interieur des cuisses, un creu de cou (un peu géographiquement lointain dans le contexte, certes), une plante de pied, la pulpe de la derniere phallange d'un majeur (ainsi doigt il), la zone qui entoure le nombril.. tout est assez sensible pour mener a bien cet ambitieux projet.

      Quand a la tenue, tout depend du contexte choisi. les classiques et efficaces bas/talons ont forcement mon aval, mais, peu importe, en fait, tant que c'est bien fait.
      Dommage pour le break, que de situations sauvées grace a ce dernier lors d'imprévues envie un jour de pluie.

      Envoyez moi une lettre de motivation a cerealesgigolo@gmail.com
      vous passerez devant un jury qui donnera suite, ou non..

      Supprimer
  3. Belle analyse...
    Pour ma part, les pates, je les préfère al dente ^^

    RépondreSupprimer
  4. Pendant l'appel téléphonique à sa mère, j'aurais tendance à vivement déconseiller.
    Hormis ce détail, excellent mode d'emploi.

    RépondreSupprimer